Jeudi 27 septembre 2018 à 1:31

AF : Je passe jeudi soir en ville. On va boire un coup avec les autres ?
AK : Avec plaisir !
AF : Tu dors où, chez qui ?
AK : Je ne sais pas.
AF : Je peux t'héberger. 

Elle fit semblant de n'avoir aucune autre alternative, obligée de dormir avec lui, évidemment. Et il fit semblant de la croire. Elle savait qu'il savait. Il savait qu'elle savait qu'il savait. Jeu tacite. 

---- 

Ils passèrent de longues heures avec leurs amis communs. Rire. Aucun croisement de regard. Rire. Ne pas penser à plus tard. Rire. Il savait. Elle savait. Ils ne savaient pas, eux. 

---- 

AF : Dernière fois.
AK : Dernière fois.

---- 

AF : Vraie dernière fois.
AK : Ok, vraie dernière fois.

----

AF : Je, je voudrais qu'on s'arrête là, qu'on en reste là.
AK : Qu'est-ce que tu veux dire ? Tu ne veux plus jamais me voir ? On ne se connait plus ?
AF : Non ! Jamais ! Jamais je ne pourrais ! 
AK : Alors quoi ?
AF : Je, je veux qu'on arrête nos bêtises. On, on fait n'importe quoi depuis des années. On a divorcé il y a quatre ans, il faut qu'on arrête de continuer comme ça. 
AK : C'est tout ? Tu m'as fais peur. Evidemment ! Je suis d'accord. 
AF : Tu es d'accord, c'est vrai ?
AK : Biensur, ça ne rime à rien. On a divorcé, ça suffit les conneries. 
AF : On a divorcé, et je comprends qu'on en ai eu besoin pendant un temps, de ces retrouvailles. Ca arrive, on est pas les premiers ni les derniers. Mais, ça fait quatre ans bientôt. Ca suffit.
AK : Ca suffit. 
AF : Merci, tu m'enlèves un poids ! J'avais si peur de te le dire ce matin.
AK : Peur ? Mais non enfin, c'est évident qu'il faut qu'on arrête. Je me faisais la même réflexion. Moi, j'avais peur que tu veuilles couper les ponts à jamais. 
AF : Jamais ! Justement, je ne souhaite surtout pas qu'on en arrive là un jour à cause de tout cela. Tu es ma meilleure amie AK, à jamais. 
AK : Tu es mon meilleur ami aussi. Compte sur moi. On arrête. 
AF : Promis ? 
AK : Promis. Ca suffit. Plus d'escapades nocturnes. Tu ne me proposeras plus jamais de m'héberger. Je me débrouillerai, on sait très bien que je me débrouillerai. Et je ne te dirai plus jamais que je n'ai pas de solution d'hébergement pour la soirée. Je trouverai ou je rentrerai chez moi, même si ce n'est pas à côté.
AF : Promis. Je ne te le proposerai plus. 
AK : Je ne te dirai plus oui. A partir d'aujourd'hui chacun rentre de son côté. 

---- 

Chacun de son côté. 

----

"Baby, it hit so hard, holding on to my chest
Maybe you left your mark, reminding me to forget
It doesn't matter where you are, you can keep my regret
Baby, I got these scars, reminding me to forget"

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://alcoholic-sketch.cowblog.fr/trackback/3279169

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast